Prison d'Arles : Compte-rendu suite à la visite du DI le 25/08/20



Suite aux tentatives de meurtre sur nos collègues, les agents en colères devant les portes de la centrale d’Arles ont exigé le 2 août et obtenu la visite de monsieur le Directeur Interrégional de Marseille.

Avant toute chose le DI à eu une pensée pour nos collègues blessés physiquement et psychologiquement.

Celui-ci à visité le secteur parloir et visionné à nouveau la vidéo de l’incident. Il a ensuite rencontré les OS.

Il a évoqué différents points :

- Gestion des détenus sous protocole - Système de protection - Caméras - Observation de la population pénale - Organigramme des clés - Fouille de cellule

Celui-ci a également placé en avant, la volonté de voir le surveillant (re)devenir une véritable force de proposition, d’être un vrai acteur de la détention.

Les OS ont évoqué :

- La multitude des agressions passées ont marqué et ne s’oublie pas, les cicatrices sont toujours présentes.


- La légitimité de faire reconnaître que les MC sont des structures particulièrement à risque et qu’il est urgent de mettre tant les moyens humains, matériels et financier pour permettre une gestion à la hauteur du public accueilli.

- Le turn over des surveillants sur la structure, obligent à l’ouverture de poste en sortie d’école alors même que les agents ne peuvent plus faire de stages en MC. - La perte évidente de la fonction première du QSI en y plaçant des détenus sous protocoles équipés.

- Que le public mixe de détenus hyper violent associé aux gros troubles psychiatriques est difficile à conjuguer. La directrice nous informe que la structure compte actuellement 135 détenus dont 60 ont un suivi psy dont 20 avec de lourds troubles dont 10 qui relaveraient d’UMD. Les OS ont demandé :

- La mise en place d’une brigade QI/QD/QA/QSI sans se voir imposer un nouveau service au reste des agents de détention qui n’en veulent pas en l’état. Cette brigade permettrait une véritable spécialisation des agents y travaillant, et des garanties sécuritaires avec un suivi accru des détenus qui y sont placés.

- Pour les OS une spécialisation est une garantie supplémentaire de sécurité et d’harmonisation des pratiques professionnels.

- La mise en place de caméras au niveau des UVF/Salon/JEV.

- Ne pas découvrir le PCC.

- De garder un surveillant en veille dans le bureau parloir lors des mouvements des détenus afin de contrôler.

- De ne pas dégarnir les quartiers spécifiques lors d’absence à l’appel.

- De revoir l’accès aux parloirs pour les renforts en cas d’incident.

- La pose de filin anti-hélitreuillage en cour d’honneur.

- Une formation pour l’intégralité du personnel amené à se servir du POM.


- La mise en place d’une cellule psychologique en cas de fait grave avec la présence conjointe de la psychologue du personnel et de la médecine de prévention.

L’importance de donner une véritable reconnaissance nationale de notre établissement afin que celui-ci permette une attractivité et une fidélisation des personnels. Il y a actuellement vingt établissements qui bénéficient de cette appellation permettant des moyens financiers de fidélisation en autre. Notre centrale qui a perdu plusieurs centaines de collègues en quelques années peut y prétendre largement.


Pour conclure la réunion les OS ont demandés au directeur interrégional des récompenses à la hauteur de la gravité des faits subits.


Lire le communiqué

119 vues