Prison d'Argentan : Il était une fois...



Au pays du Centre de détention d'argentan, toutes les histoires ne sont pas des contes de fées...

Il était une fois, un royaume appelé le service Bgd/ Greffe, qui était gouverné par une marâtre.

Celle-ci avait décidé d'instaurer une dictature, un climat de terreur. Gare à ceux qui haussaient la voix, qui n'acceptaient pas les brimades gratuites, les humiliations verbales.

Miroir mon beau miroir dis moi qui est la plus méchante aujourd'hui et sur qui vais-je déverser ma haine ?

Pourquoi tant de méchanceté sur la quasi-totalité de ses sujets ?

Certainement pour compenser son incompétence à gérer son royaume, en effet elle n'assurait aucune permanence, ce sont ses sujets qui géraient toute l'intendance. Elle rejetait toutes ses erreurs de responsable sur ses sujets.

Elle s'en prenait au plus faible mais qui plus est aux invalides, seulement le peuple et les royaumes voisins avaient décidé de renverser cette dictature et de ne plus se laisser faire.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans une histoire mais bien dans la réalité.

Le bureau local Force ouvrière et les personnels quels qu'ils soient n'ont qu'un mot pour cette sorcière et ceux qui la couvrent :

NE TOUCHE PAS À NOS RQTH !

LEUR VIE A DÉJÀ ÉTÉ DIFFICILE.


L’harcèlement, certains vont devoir désormais s'en expliquer devant la justice.


Le bureau local Force Ouvrière ne lâchera pas et accompagnera ces personnels.

Une cheffe de service doit se faire respecter, certainement pas en utilisant les humiliations, les critiques dégradantes. Et ne pas surnommer son service « le bureau des pleurs » !




Une cheffe de service doit fournir du travail dans son service et ne doit pas se cacher derrière son incompétence.

Une cheffe de service doit également faire des permanences (17h ce n’est pas la mort).

Une cheffe de service ne peut pas non plus prendre des absences comme elle veut alors qu'elle inflige des 30ième à ses agents.

Pour le bureau local Force Ouvrière ce n’est ni plus ni moins que de l’acharnement et qui dure depuis trop longtemps.

Sachez que nous sommes derrière vous

mesdames coûte que coûte.

Lire le communiqué

168 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr