Prison d'Alençon-Condé-sur-Sarthe : QPR / Alerte à la bombe !



La tension monte sur le bâtiment QPR, tous les éléments remontés par les Surveillants annoncent une explosion imminente.

Il est alarmant de constater que depuis certains évènements la communication pluridisciplinaire entre CPIP et Surveillants est inexistante, alors qu'avec les intervenants extérieurs les informations transitent correctement.

Il est alarmant d’entendre de la bouche de détenus des informations confidentielles.

Il est alarmant d'entendre dire le détenu A. « qu'il souhaite éclater les surveillants, qu'ils crèvent tous, qu'il a la haine envers eux » et qu'aucune mesure ne soit prise à cette menace.

Il est alarmant que les détenus effectuent des mouvements collectifs concertés : refus de prendre le repas ; mutisme avec les surveillants ; sport en cellule en hurlant les instructions à la fenêtre ; refus de participer aux activités ; appel à la prière.

Il est alarmant de constater que les 'TIS' possèdent une si forte emprise sur les 'DCR et DCSR' en les incitant à boycotter eux aussi. Ces derniers étant des détenus de droit commun ... en train de se faire radicaliser !

Bien évidemment, pour l'officier QPR, « le bâtiment est calme » en revanche c’est le comportement des agents qui est à surveiller car ce sont eux qui « provoquent les détenus » ! De toute façon, ce dernier cherche systématiquement à discréditer les personnels auprès de la Direction, certainement pour aller chercher un grade supérieur avant la retraite.

Tout cela mis ensemble forment un cocktail détonnant, voir EXPLOSIF !

Des transferts ont bien été demandés, mais pour les instances supérieures il n'y a que le refus. La sécurité du personnel doit une fois de plus passer au second plan.

Attendons-nous que la bombe explose pour agir ?

FO répond NON !

Le bureau local Force Ouvrière exige que la doctrine QPR soit appliquée et que les détenus soient transférés à l'issu de leur période d'évaluation.

Le bureau local Force Ouvrière demande la mise en place d'une véritable pluridisciplinarité, d’échanges et de transparence d'informations dans le respect de la doctrine.

Le bureau local Force Ouvrière ne tolérera aucun manquement à la sécurité des agents et aucune entrave au bon déroulement de leurs missions.

Des décisions doivent être prises en urgence, la mèche étant totalement consumée, la sonnette d'alarme est tirée : LE DRAME EST ANNONCE !


Lire le communiqué

740 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr