Prime "COVID-19" : Urgent revoir les critères



Lundi dernier, FO PÉNITENTIAIRE était reçu à la DAP afin de se faire expliquer le mode de répartition choisi par le Directeur del’Administration Pénitentiaire, relatif à la prime COVID pour l’ensemble du Personnel Pénitentiaire. Malgré nos demandes répétées auprès du DAP réclamant la convocation rapide d’un CTAP sur ce sujet (nos communiqués du 15, du 25 et du 26/05/2020).

D’ailleurs, lors du CTAP du 12 mai dernier, là où FO PÉNITENTIAIRE s’était senti bien seul puisque boycotté par l’UFAP et la CGT,préférant sans doute ne pas vouloir prendre le risque de se déplacer jusqu’à Paris en ces temps de déconfinement, FO avait é clair sur les barrières à ne pas franchir, notamment sur la notion de surcroit d’activité prévue par le Décret relatif à l’attribution de la prime COVID. Pour FO PÉNITENTIAIRE, La sujétion spéciale à laquelle nous sommes contraints suffit. Pour autant, rien n’était acté : ni la répartition et encore moins le budget. Aussi, lors de notre rencontre avec la ministre de la Justice, le mardi 16 juin dernier, nous avons rappelé à celle-ci les attentes fortes des Personnels.

Affirmant notre opposition durant notre entrevue lundi à la DAP et en dépit du dialogue social institutionnel, le soir même, FO PÉNITENTIAIRE interpellait de nouveau le Directeur de l’Administration Pénitentiaire via une lettre ouverte afin de réclamer la neutralisation des périodes de congés dans le calcul du montant de la prime. En effet, en instaurant à 8 jours le nombre de jours d’absence maximum, congés compris, permettant de pouvoir prétendre au montantmaximal de la prime, l’administration exclu de fait celles et ceux qui ont pris le plus de risques pendant plusieurs semaines, sans équipement de protection, dans un très grand nombre d’établissements.

Depuis cette lettre ouverte, FO PÉNITENTIAIRE a pu échanger à de nombreuses reprises avec la direction de l’administration pénitentiaire et le cabinet de la ministre. Nous avons demandé très clairement de revoir les critères d’attribution de la prime au regard des efforts importants faits par les Personnels durant la crise. FO a aussi été clair avec la DAP et le cabinet : nous n’excluons pas l’initiative d’un appel à mobilisation afin de réclamer ce qui doit être dû aux Personnels. Pour nous rassurer, l’administration nous précise que 12 000 personnels de surveillance, tous grades et corps confondus, toucheront la prime de 1 000€ et que 6 500 toucheront celle de 660€. Toujours selon la DAP, c’est un peu plus de 16 millions d’euros sur les 22 millions qui iront aux personnels exerçant dans les établissements pénitentiaires et que, même si la DAP comprend et entend notre demande de neutralisation des congés annuels dans le calcul de la prime, la DAP n’a fait que respecter le Décret qui cadre l’attribution de cette prime et n’a pas d’autre choix.

Pour FO PÉNITENTIAIRE c’est FAUX ! et même plus puisque la Direction des Services Judiciaires a fait le choix opposé à celui de la DAP. La DSJ a constaté le nombre de jours de présence pour fixer le montant de la prime, ce qui rend un résultat bien différent : 15 à 20 jours de présence = 330€, 21 à 27 jours de présence = 660€ et au-delà de 28 jours de présence c’est 1 000€ !!! Mais là, on nous répond alors que le budget est contraint, que c’est l’un des plus gros budgets obtenus par un seul ministère et que Bercy ne donnera pas de rallonge...bla bla bla !

Depuis l’annonce de cette prime, FO PÉNITENTIAIRE explique qu’elle n’a qu’un unique objectif, celui de diviser les personnels entre eux, et il n’est pas question pour nous de rentrer dans le jeu de la division car si l’enveloppe budgétaire n’augmente pas, il faudra bien évidemment, pour donner plus à certains, donner moins à d’autres, voire rien !

LA SEULE ET UNIQUE RECONNAISSANCE, À LA HAUTEUR DE L’ENGAGEMENT DES PERSONNELS, EST ET RESTERA UNE REVALORISATION INDEMNITAIRE ET STATUTAIRE !

Le ministère et la DAP doivent prendre la mesure de la colère légitime des Personnels qui ont subi des conditions de travail fortement détériorées, dans un contexte sanitaire dégradé là où les publics ont été encore plus exigeants !

Lire le communiqué

0 vue

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr