PREJ de Poitiers : Chasse le naturel, il revient au galop

A l’annonce de l’audit à venir sur le PREJ Vivonne les choses se sont tassées quelques semaines.

Mais près de 3 mois plus tard sans conséquences négatives à son encontre notre Walker Texas Ranger est de retour.

En temps normal il adresse ses ordres par mail et de temps à autres – manque cruel d’adrénaline sans doute – il se mue en redresseur de torts et parle mal au premier qu’il croise.

Lorsqu’un agent lui envoie à son tour un mail pour demander une rectification de ses heures il se fait alpaguer et s’entend dire « vous jouez à quoi avec vos mails, vous cherchez quoi ? »

Monsieur l’officier prends de haut les agents concernant les mesures d’hygiène pour le COVID et lorsque l’un d’entre eux s’interroge sur les modalités de l’application d’une note DAP on le menace « désobéissez à mon ordre et vous verrez bien ensuite ce qui se passera ».

En plus de parler de façon inadaptée à ce collègue devant témoins notre officier s’empresse d’appeler ses petits copains du PREJ pour déformer la vérité. FAUX encore et toujours du mensonge et de la désinformation, il a les méthodes du KGB mais le charisme de Mister Bean.

Le COVID est présent nous en sommes conscients c’est pourquoi nos missions s’exécutent avec autant de mesures barrières que possible. En revanche , nous pouvons vous prodiguer un conseil fort utile que vous devriez appliquer à l’issue de vos quelques séances de sport du moment : PRENDRE UNE DOUCHE après avoir transpiré permet de limiter les projections de gouttelettes partout dans la base durant des heures en attendant la fin de service.

Lorsque nous demandons pourquoi certains agents des bases PREJ de la DI, et non ceux de Poitiers, ont l’autorisation de rester à domicile en attendant que les missions tombent, on nous rétorque des arguments incompréhensibles et différents à chaque fois avec pour seul final constant le sempiternel « c’est la DI qui refuse ».

Tout comme le fini parti dont nous n’avons bénéficié qu’après avoir dit à l’officier que nous allions appeler la DI pour connaître les raisons de cette différence de traitement. 5 min plus tard le coup de fil providentiel de la DI est arrivé et le chef nous autorise - à contre cœur - à bénéficier du fini parti pour raisons sanitaires bien après les autres....

Afin de valoriser son travail de forçat entrepris depuis des mois – et peut être aussi lui apporter la paix intérieure – nous souhaiterions vivement que son assiduité exceptionnelle au téléphone soit récompensée en lui offrant une formation de téléprospecteur chez SFR, un casque de professionnel de la téléphonie ainsi qu’un poste de commercial pour les encyclopédies Le petit Robert.

En effet en manque d’interlocuteurs pénitentiaires il se rabat sur ses amis la journée pour les faire bénéficier durant de longues heures de ses nombreuses connaissances dans tous les domaines de la vie, ce pendant que le faisant fonction, ou l’adjoint, mettent les bouchées double pour faire le job. Désabusés nous n’attendons aucune réaction de la DISP mais nous nous ferons un devoir de vous alerter chaque fois que les crises de notre supérieur reprendront, et ce jusqu’à temps que la limite de la légalité soit franchie ( cf ALLODISCRIM)...


Lire le communiqué

326 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr

© SNPFO 2019 - Tous droits réservés. Réalisation Pôle Communication SNPFO.