PREJ de Poissy : On a évité la CATA !



Le vendredi 15 mai 2020, aux alentours de 15h, un feu a pris naissance au niveau d’un panneau électrique, dans un ancien logement de fonction inoccupé, mitoyen du PREJ de POISSY, alimentant la base ainsi que les logements de fonction en électricité.

Grace au professionnalisme et au pragmatisme de notre collègue qui détecte tout de même depuis midi une odeur de caoutchouc brûlé, le signale, mais à vue d’œil rien ne l’interpelle, sauf au moment où elle décide de sortir de la base et constate une fumée noire émanant du rez-de-chaussée du logement mitoyen.

Elle donne l’alerte, casse le boitier pour récupérer la clé, suivis par deux collègues qui ont pu récupérer un extincteur et sont entrés dans le local.

Le collègue a effectué deux ou trois pulvérisations, ils ont pris tous deux des décharges électriques, de là ils se sont résignés à sortir, l’un d’eux a rejoint notre collègue afin de faire évacuer les familles logées et de leur demander de se rapprocher du point de rassemblement de la maison centrale.

Simultanément l’officier de base à fait appel aux sapeurs-pompiers ainsi qu’à la direction de la maison centrale et a fait évacuer la base.

L’incendie a été circonscrit très rapidement par les pompiers ainsi que la prise en charge des collègues.

Seuls deux ont été amenés à l’hôpital pour contrôler au mieux leur souffle.

Le personnel évacué a pu réintégrer le P.R.E.J aux alentours de 17h45.

Grâce à cette intervention, les pompiers ont pu constater que la base P.R.E.J n’est pas constituée que des bureaux...mais un service avec une armurerie avec tout le matériel nécessaire entreposé dedans.

L’ensemble de cette structure est faite en grande partie de bois où il y a du parquet de partout, le stock de produits inflammables pour l’entretien des véhicules, bref, tout pour faire propager un incendie beaucoup plus conséquent.

Le 6 décembre 2019, le bureau local Force Ouvrière a fait intervenir les membres du CHSCTD au sein du P.R.E.J , pour constater l’état de cette base non homologuée, pas d’issue de secours, pas de détecteurs de fumées, des locaux vétustes, les vestiaires dans les combles, le manque de place...

Le bureau local Force Ouvrière félicite les collègues pour leur professionnalisme et leur courage, car sans leur réactivité, il y aurait beaucoup plus de dégâts, humains et matériels.

Le bureau local Force Ouvrière demande à ce que les agents soient récompensés aux vues des risques pris et de leur sens du devoir.


Lire le communiqué

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr