Prison de Fleury-Mérogis : La cigarette ou le crachat !


Le bureau local Force Ouvrière constate depuis le confinement une augmentation significative des agressions verbales et physiques envers les personnels mais aussi entre détenus.

De même, certains détenus écartés du dispositif mis en place par la Ministre de la Justice pour bénéficier d’une libération anticipée, semblent s’offusquer et jouent dangereusement à la provocation.

Pour notre organisation, ce constat appelle aussi une réponse de fermeté de la part de l’Administration, car pour nous il n’y aura jamais de trêve pour la violence au sein de notre établissement.

Ainsi, sur le bâtiment D1 lors de l’appel du matin, un détenu mécontent du refus d’un collègue de lui donner des cigarettes, l’insulta copieusement avec des propos particulièrement dégradants.

L’agent fera preuve de sang-froid et de professionnalisme en refermant la cellule. Pour rappel, ce détenu qui manie avec dextérité la langue de Molière, s’était déjà manifesté via l’interphone, la veille en menaçant de mort et en insultant l’agent en poste au rond-point 2 en arguant le même motif.

Suite à cet échange matinal dénigrant vers 8h, l’agent informa le détenu qu’il fera l’objet d’un compte rendu d’incident.

Dès cette annonce, le détenu crachat violemment son venin sur le visage du collègue avant d’être maîtrisé par les agents présents.

Le bureau local Force Ouvrière condamne avec la plus grande fermeté ces comportements violents qui affligent aux personnels des cicatrices émotionnelles importantes dans un contexte sanitaire de plus en plus anxiogène.

Le bureau local Force Ouvrière demande la prise en charge PSYCHOLOGIQUE effective des agents qui en éprouveront le besoin.

L’effort collectif exige aussi que tous les acteurs de notre administration soient au rendez- vous !

Lire le communiqué


58 vues