Prison de Fleury-Mérogis : Des structures tendues un personnel éprouvé...


Depuis le début de cette crise sanitaire ,l’ensemble des personnels pénitentiaires tous corps et grades confondus, ainsi que le personnel médical font un travail remarquable tant bien que mal, afin d’assurer la continuité du service public et contenir cette pandémie en milieu carcéral, malgré les moyens restreints misent à leur disposition.

Cet état d’urgence sanitaire, nous affecte toutes et tous et touche nos familles et nos proches. Le bureau local Force Ouvrière tient à leur témoigner de son SOUTIEN dans cette épreuve parfois au détriment de leur vie familiale et de leur santé.

Nous regrettons l’absence de soutien appuyé de nos politiques dans leurs différents discours pour ces soldats de l’ombre indispensables à la sécurité de la société.

De même, la situation sur nos différentes structures reste particulièrement tendue au regard du contexte actuel.

Ainsi, plusieurs événements ont émaillé le quotidien de ces ouvriers de la pénitentiaire ces derniers jours, sans compter les nombreux refus de changement de cellule, les bagarres sur cours de promenades sous fond de racket et de règlement de compte...

De surcroît , le vendredi 03 avril 2020 vers 16h40, sur le bâtiment D3 un détenu du 3e étage placé « en promenade isolée » pour sa sécurité, a voulu rejoindre les autres détenus sur la cour collective.

Malgré les explications des agents pour essayer de le raisonner, il continua à les provoquer. Lors de la fermeture de la porte, il se retourna brusquement et cracha sur le visage d’un agent l’atteignant aux yeux. La réactivité des collègues ont permis sa maîtrise et son placement au quartier disciplinaire.

Le collègue a été pris en charge et Force Ouvrière l’accompagnera dans ses différentes démarches administratives et judiciaires.

Aujourd’hui sur le bâtiment D5 , lors de l’appel du matin un détenu affecté à l’UDV(unité pour détenus violents) a bousculé volontairement au niveau du torse un collègue puis à essayer de lui porter un coup de tête au niveau du visage , sous prétexte qu’il avait allumé la lumière.

Tout devient prétexte à nos « chers protégés » pour agresser ces fonctionnaires d’État qui font honneur à leur uniforme dans des circonstances exceptionnelles.

Le sang-froid et la réactivité des collègues présents ont permis la maîtrise du détenu dans son élan de violence.

Le bureau local Force Ouvrière reste déterminé à protéger les personnels dans l’exercice de leur fonction et rappelle à notre administration qu’elle doit prendre ses responsabilités dans ces moments difficiles.

Le bureau local Force Ouvrière demande de la fermeté dans les sanctions pour toutes agressions et violences sur le personnel qui œuvre au sein de notre établissement.

Lire le communiqué

#FleuryMérogis

112 vues