Prison de Joux-la-Ville : Y a-t-il un pilote dans l'avion ?


Au secours ! Par pitié, envoyez-nous quelqu'un capable de gérer une crise !

En début de crise il aurait été attendu de la part d'une direction responsable qu'elle prenne des mesures préventives afin de ne pas mettre en danger non seulement son personnel mais aussi les personnes détenues dont elle a la charge et qu'elle réunisse tous les acteurs afin de travailler à l'émergence d'idées pertinentes. Depuis le début de crise, une seule réunion s’est tenue avec les OS le 16/03. Nous avons été prévenus le matin même par sms à 8h, pour une réunion à 14h30...

Aujourd'hui les solutions d'hygiène sont minimales et les carences de plus en plus visibles. Les gants sont devenus une denrée rare et l'approvisionnement complexe.

Si les syndicats avaient été écouté en début de crise, lorsqu'ils préconisaient de privilégier les gants en dotation pour limiter l'impact sur les gants jetables, le problème aurait été moindre... Si l'approvisionnement avait été anticipé l'impact aurait été moindre encore...

Il semble pourtant que la prise d'initiative est de la compétence des futures catégories A et A+.

C'est encore le petit personnels de catégorie C qui doit expliquer à sa hiérarchie que dans le contexte actuel, il est pertinent d'accentuer la communication avec les personnes détenues afin de limiter les tensions survenant dans ce contexte particulier générateur de frustration et d'inquiétude chez les personnes détenues. Le 17/03 au matin, aucune note d'information préalable à la population pénale n’était visible en détention, les personnes détenues n’ayant de cesse de demander à quelle sauce ils allaient être mangés.

Sans l’intervention de la DISP, les mouvements promenades auraient eu lieu avec un potentiel de 80 personnes détenues simultané. Solution proposée s’il vous plaît par la direction assistée de son chef de détention. La direction et les futurs CSP sont-ils de simple exécutant ?

Lorsque nous expliquons modestement que cela représente un risque non négligeable, on nous répond d'une suffisance insolente que nous sommes paranoïaques, car au CD de Joux-la-Ville il ne peut y avoir de problème puisque les personnes détenues sont gentilles et compréhensives.

La gestion RH ne nous semble pas beaucoup plus pertinente nous ne comprenons pas pourquoi les PF libérés de leurs missions ne sont ni en CA ni en détention, ni pourquoi en situation de confinement 2 agents sont envoyés à la DI chercher des masques ? Un seul n’était pas suffisant ?

Alors non, les agents ne sont pas hypocondriaques, non les agents ne sont pas paranoïaques, ils ont simplement à cœur d'accomplir au mieux les missions qui leur sont confiées, tout en préservant leur santé et celle de leurs proches. Vous avez pu constater que les agents ont massivement répondu présent lundi et que l’absentéisme n'a pas été une problématique de plus à ajouter à vos préoccupations. Alors de grâce, avant que cette problématique ne s'impose à vous, prenez en considération la santé de vos agents, celle de leurs proches. Il ne sert à rien de s'enfermer dans un bureau jusqu'à tard le soir, si de ce bureau, il ne sort pas de solution.

Lire le communiqué


96 vues

Posts récents

Voir tout