La prison de Saint-Martin n'est pas celle de Guéret !


3 jours et déjà des menaces verbales et écrites à l’encontre d’un collègue.

3 jours que le directeur est en place (grâce à la fermeture de l’ENAP) et il met une lettre d’observation (?), avant une éventuelle demande d’explication.

Et pourquoi ?

Parce que l’agent a refusé de retirer ses gants en latex !!!

ON CROIT HALLUCINER !!!

Dans un premier temps, il croit bon de dire que c’est strictement interdit et écrit noir sur blanc, dans un communiqué du DAP, qu’il lui transmettra.

Le surveillant lui explique qu’il est hors de question qu’il joue avec sa vie et celle de sa famille et que si on l’empêche de porter au moins des gants, il rentrerait chez lui.

Puis, notre nouveau directeur décide en fin de service de donner ce courrier INADMISSIBLE, en l’état actuel des choses. Devant la demande du communiqué du DAP, il en ressort qu’il ne suivrait QUE les recommandations de la CE en place !!!

Nouveau mensonge d’état ? Ou simplement peur des réactions qui pourraient être négatives de nos pensionnaires ?

Doit-on parler des rapports, en plein mouvements douches, sans respecter les consignes de sécurité imposés par l’état, en s’agglutinant à 12 personnels, dans une pièce réduite ?

VOUS NE MONTREZ PAS L’EXEMPLE

Le fait est que le personnel de la Maison Centrale n’a NI MASQUES, NI GANTS, NI GEL. On est à poil, comme on pourrait le dire vulgairement.

Oui, mais alors, pourquoi refuser aux agents qui le souhaitent ou le peuvent de mettre des protections ?

LA PEUR ?

Peur que les détenus se sentent stigmatisés?

Peur que SMR soit le théâtre d’actes de vandalisme (il n’ont pas attendu cela) et/ou de rébellion ?

Peur d’être à la marge des autres établissements (certains ont été moins frileux)

Il faut que vous sachiez que les 1er retours des détenus sont positifs. Ils comprennent la situation et ont dit aux 2 agents qui ont osé braver l’interdit (l’agent de l’US avait mis un masque pour la distribution des médicaments !!! Terrible) qu’ils préféraient les voir ainsi. Avec des protections.

Alors, que doit-on penser de cette nouvelle lubie de menacer un agent parce qu’il se protège ? Et que va t’il advenir, par la suite, lorsqu’ils commettront le moindre écart ? L’échafaud ?

Ah oui, c’est vrai, la direction nous a dit, lors de la réunion informelle d’hier, que les médecins venaient d’annoncer que les masques et les gants n’étaient pas spécialement utiles face au virus.

Seraient-ce les mêmes médecins qui nous annonçaient, il y a 3 mois, que nous n’avions rien à craindre ?

Est-ce que le coronavirus était la copie conforme du nuage de Tchernobyl qui n’a soit disant pas passé nos frontières ?

On se retrouve, aujourd’hui, dans le flou artistique. On doit vivre au jour le jour avec ORDRE, CONTRE-ORDRE, NOUVEL ORDRE, NOUVEAU CONTRE-ORDRE... et cela pendant encore un long moment dont nous nous serions tous passé.

Là, parce que nous sommes dans l’obligation de nous munir par nous même de moyens de protection (pour nous, nos familles et les détenus), on est montré du doigt, menacé et bientôt puni ?!

DE QUI SE MOQUE T’ON ?

Il serait temps de grandir un peu face aux événements et de stopper cette curée IMMEDIATEMENT.

Lire le communiqué 1, 2


SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr