Prison de Maubeuge : Agression, avec un multirécidiviste ... pas de miracle !


Ce matin, les personnels maubeugeois ont encore dû subir la violence d’un de nos crapules qui depuis plusieurs semaines ne fait que de poser des problèmes au sein de notre détention et qui est un habitué des violences sur personnel dans les établissements qu’il traverse.

Après un premier séjour de sept jours au quartier disciplinaire mi-février, celui-ci y a été, de nouveau, placé le 20 Février pour en sortir après avis médical le 21 Février...

À PRIORI CELUI NE SE SENTAIT PAS BIEN... MAIS POUR EMMERDER LES PERSONNELS, IL EST EN PLEINE FORME !

Il était de ce fait convoqué ce lundi 24 en commission de discipline où il a été sanctionné d’une peine clémente de confinement.Dès sa sortie de commission de discipline et à son retour en batiment, ce récalcitrant a toute formes d’autorité a de nouveau refusé de réintégrer car sa télévision allait lui être retirée suite à la sanction prononcée.

IL FÛT DE NOUVEAU PLACÉ EN PREVENTION !!!

Ce matin celui-ci comparaissait de nouveau devant la commission de discipline pour plusieurs incidents. Se montrant menaçant et insultant à l’égard du personnel dans ses explications, il a été mis fin à la commission et la décision reportée.Lors de la réintégration en cellule, celui-ci a refusé d’avancer et faisait preuve d’inertie face aux personnels. Puis a décidé de changer de stratégie, en portant un coup de pied à la jambe du lieutenant et crachant sur les personnels présents...

ENCORE UNE FOIS, CE SONT LES PERSONNELS QUI PAYENT LA GESTION DE CE TYPE D’INDIVIDU. IL EST TEMPS DE DONNER AU PERSONNEL LES MOYENS DE TRAVAILLER EN SÉCURITÉ.

 AURAIT-IL RÉAGI AINSI SI LE PREMIER-SURVEILLANT AURAIT EU UN PISTOLET À IMPULSION ÉLECTRIQUE A LA CEINTURE ?

 AURAIT-IL RÉAGI AINSI SI UN CHIEN DE MAINTIEN DE L'’ORDRE ÉTAIT PRÉSENT ?

 AURAIT-IL RÉAGI AINSI SI LES AGENTS ÉTAIENT DOTÉS D’UNE BOMBE INCAPACITANTE ?

En fin de matinée alors que les ERIS était sur la route pour venir renforcer la gestion de cet individu, une équipe de personnels maubeugeois équipés ont extrait le détenu de sa cellule pour le remettre aux forces de l’ordre pour un placement en garde à vue.

Le SLPFO apporte son soutien aux personnels agressés et reste à leur disposition pour toutes les procédures qu’ils souhaiteraient entreprendre.

Le SLPFO a déjà sollicité la direction interrégionale pour un transfert rapide de l’intéressé.

Le SLPFO tient à souligner la rapidité de la mise en garde à vue et s’en réjouit (En espérant

que la gestion de cette agression soit reproduite quand la couleur du polo soit plus foncée).

Lre le communiqué

#Maubeuge #Agression

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr