Prison de Majicavo : Lettre ouverte à Madame la Directrice de la MOM


Madame la Directrice de la MOM

FO et ses adhérents vous demande de tenir un discours honnête envers les agents du CP Majicavo.

ACTUELLEMENT , la sécurité périmétrique de l’établissement est effectuée de manière aléatoire (rondes une fois le matin et une fois l’après midi), le contrôle hebdomadaire des alarmes coup de poing, les barrières infra rouge ne sont pas effectués.

Les deux outils incontournables pour la sécurité de l’Établissement à la porte d’entrée, à savoir le contrôle bagage X et le portique de détection métallique, sont régulièrement en panne, et c'est le cas actuellement depuis plus d'un mois.

C’est déplorable de constater qu'une demi-mesure est mise en place pour le filtrage à l’entrée de l’établissement.

L'agent SAS-PEP ne peut pas assurer deux missions à la fois : faire le contrôle des véhicules et contrôler les entrées et sorties des agents et des intervenants. Il serait judicieux de mettre un troisième agent pour que chacun fasse le contrôle d'un côté. Nous savons pertinemment que mettre un troisième agent à la PEP, vous nous direz que cela engendrerait des heures supplémentaires, ce qui serait contraire à la politique de la restriction budgétaire. Mais la sécurité prime sur le budget. Nous demandons plus de transparence sur ce sujet car plus de 75% des agents du CP ont travaillé dans l’hexagone et savent que la préservation de la sécurité des agents et de l’établissement font parties des priorités des différents directeurs.

Nous avons constaté qu'au CP Majicavo, ces deux axes majeurs sont mis aux enchères car il y a une négligence majeur de la part de la direction et de la maintenance.

S'agissant des alarmes coup de poing, elles n'ont jamais été contrôlées ! On attend qu'un incident se produise pour réagir. Imaginons que celles-ci ne fonctionnent pas. Que va-t-il se passer pour la personne en détresse ?

Idem pour les barrières infrarouge, avec notamment 2 zones dont les câbles chocs pour la détection des mouvements en cas d'évasion ou intrusion sont défaillants.

Nous demandons qu'un contrôle hebdomadaire soit effectué pour s'assurer du bon fonctionnement de ces matériaux sécuritaires incontournables. Il ne faut pas attendre qu'il y ait une évasion pour venir s'acharner sur les agents.

Madame la Directrice , sachez que les agents du CP Majicavo ne sont pas dupes. vous savez très bien que notre établissement n’est pas doté de mirador, la sécurité périmétrique n’est pas effectuée, le filtrage à demi-mesure à l’entrée de l’établissement n'est pas suffisant, ce qui met l'établissement à découvert pour tout genre de trafic à l'entrée, ce qui favorise les projections et les évasions. C’est malheureux d’en arriver à ce point mais la situation est plus qu'alarmante.

Nous demandons une prise en compte de la situation et une ouverture de dialogue afin que nous puissions vous faire part du reste de nos doléances.

Ci joints la liste de nos revendications :

- L’extraction médicale : je ne vous l’apprend pas est une opération très délicate car elle requiert plusieurs normes sécuritaires . En effet, nous avons constater une façon de fonctionner qui est unique au CP Majicavo et cela met en danger la sécurité des agents.

Dès leurs arrivées à l’hôpital les agents se retrouvent livrés a eux mêmes , mélangés avec les personnes civiles, à patienter dans le couloir. Cela peut durer plusieurs heures ensuite être admis en chambre avec deux ou trois patients.

Les retours des extractions se font avec les voitures utilitaires sans dispositif de séparation.

Nous exigeons une prise en charge digne et qui répond à une sécurité irréprochable !!!!! .

CHAMBRE DE PASSAGE : Nous demandons la création de chambre de passage afin de palier les problèmes liés aux situations d’urgences et qui nécessiteraient une prise en charge des agents.

CREATION ELSP/ELAC : La mises en place des équipes ELSP/ELAC devient plus que nécessaire pour la surveillance périmétrique, l'appui des collègues en détention, les extractions.…

AGRANDISSEMENT VESTIAIRE (Hommes / Femmes) : le problèmes de promiscuité dans les vestiaires tantôt pour les hommes et pour les femmes est lamentable.

Pour les femmes c’est juste un petit couloir sans coin d’eau (pas de douche ni toilette), les agents sont obligés d’attendre leurs tours pour se changer.

Lire le communiqué


0 vue

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr