Prison de Rennes : " L'école musicale " À quand le concert ?!


Au CP Rennes, faciliter le travail déjà difficile des agents n’est pas la priorité de notre Direction…

La sécurité non plus : Effets autorisés innombrables en cellule, ustensiles de cuisine dangereux et fer à repasser dans le commun contre échange de la carte de circulation… Liste non exhaustive.

Est-il nécessaire de préciser que cela nuit fortement à la sécurité des agents et de l’établissement ? Le bon sens à lui seul pourtant, devrait suffire à alerter nos têtes pensantes !

Comme si les missions qui incombent aux personnels et celles qui ne sont pas censées leur incomber n’étaient pas suffisamment délicates, difficiles et dangereuses au quotidien ! Quid des fouilles que les agents effectuent ? Quid du temps passé dans les cellules à vérifier les moindres recoins dont la surcharge d’effets empêche un accès facile ? Comment effectuer en si peu de temps une fouille optimale dans de telles conditions ? Certaines cellules s’apparentent plus à des décharges ou à des stands en braderies qu’autre chose !

Comme si cela ne suffisait pas, la Direction et le Chef de détention accèdent à la requête de la détenue M., nouvellement arrivée au CP : Avoir sa guitare en cellule !

Quid de la gestion de la guitare en plus de la gestion de la détenue : Comment fait-on ? Dangerosité des cordes ? Nuisance sonore ? Les agents devront-ils récupérer la guitare le soir et la remettre le lendemain ? Où devront-ils la stocker ? Y’aura-il des horaires à respecter pour les cours de solfège ? Les agents devront-ils tenir un planning ? … … … C’est vrai qu’ils n’ont que ça à faire !

Qui plus est, ce que l’on accorde à certaines doit être accessible à d’autres, on fait comment pour celles qui demanderont une batterie ou un piano peut-être ? A ce rythme-là, c’est l’anarchie !

Sommes-nous les valets de notre hiérarchie qui désire que l’on soit là dans le seul but de satisfaire la population pénale à qui on accorde tout ?

Quand on constate qu’en parallèle, on surveille et épie les agents… Qui est réellement incarcéré ?

Monsieur le Directeur, accéderez-vous au reste des requêtes de Madame M. ? Il semblerait qu’en plus de la musique (Guitare + Chevalet), elle soit amatrice de peinture et éventuellement décoratrice d’intérieur !

Le bureau local Force Ouvrière DÉNONCE CETTE GESTION DÉPLORABLE DE LA DÉTENTION QUI NUIT INDÉNIABLEMENT A LA SÉCURITÉ DES AGENTS !

Le bureau local Force Ouvrière EXIGE un véritable désengorgement des cellules, TOUT SE FAIT TOUJOURS AU DÉTRIMENT DES AGENTS ! Leur travail doit-être facilité.

Le bureau local Force Ouvrière DEMANDE à la Direction et au Chef de détention de faire preuve de bon sens ET DE PROFESSIONNALISME ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Lire le communiqué

#Femmesrennes

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr