Prison des Femmes de Rennes : Le CP est une annexe psy ?


Ce jour, vers 8h55, lors de la mise en place de la douche au Quartier Disciplinaire, la détenue C., au profil psychologique lourd et instable, a agressé le Premier Surveillant de roulement.

Dès l’ouverture de la porte, la détenue C. sort de sa cellule tout en vociférant et retire ses claquettes pour les remplacer par des tennis, alors même qu’elle allait à la douche...

Celle-ci est invitée à se diriger vers le placard contenant ses effets. Devant celui-ci, elle continue à s’exprimer avec colère affirmant qu’il ne s’agit ni de ses affaires, ni de ses produits d’hygiène, qu’elle n’a pas ses règles, jetant dans son placard ses protections hygiéniques mais prenant malgré tout des produits d’hygiène…

En se dirigeant vers la douche, la détenue C. a soudainement agressé d’un revers de la main le Premier Surveillant, le blessant au nez et cassant ses lunettes !

Le gradé de roulement ainsi que le gradé infra-sécurité, également présent sur un autre mouvement au QD, ont du utiliser la force strictement nécessaire afin de mettre fin à l’agression et de la réintégrer en cellule.

Les signalements des personnels sont nombreux, les séjours à l’UHSA toujours trop courts …

Ces profils aux pathologies lourdes n’ont pas leurs places en détention mais en hôpital psychiatrique, c’est fatiguant pour ne pas dire épuisant pour les collègues qui doivent les gérer au quotidien. Cela nuit fortement à la sécurité des personnels et des établissements.

IL EST TEMPS QUE NOS DIRIGEANTS RÉALISENT L’IMPORTANCE DE RÉOUVRIR DES LITS DANS CES ETABLISSEMENTS SPÉCIALISÉS (UMD…).

Le bureau local Force Ouvrière soutient pleinement l’agent victime de cette agression et se tient à son entière disposition.

Le bureau local Force Ouvrière EXIGE le transfert de la détenue C. suite à une peine de QD maximale, c’est à dire 30 jours ferme !

Le bureau local Force Ouvrière RÉITÈRE sa demande de ne plus accueillir de profils psychologiques dont les pathologies sont beaucoup trop lourdes pour être gérées en établissements pénitentiaires et rappelle à nos têtes pensantes que ce n’est pas notre métier !

Lire le communiqué


SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr