Prison de Val-de-Reuil : De la chair à canon...


Aujourd’hui, aux alentours de 15h30, le personnel de notre établissement a une nouvelle fois été victime de la gestion catastrophique qui règne au sein de notre établissement. En effet, un détenu affecté à l’unité F1, identifié comme ayant des troubles psychiatriques s’est fait remarquer ce vendredi en ayant des propos incohérents révélant un début de crise. Vu aujourd’hui en début d’après-midi par le service médical, il a été décidé de l’extraire au préalable à l’hôpital en vu d’un possible départ en HO. Une équipe se composant de deux surveillants et d’un premier surveillant escorte ce détenu qui tout au long du trajet montrait des signes inquiétants de dangerosité liés à ses troubles psychiatriques !

Une paire de menotte et une paire d’entrave face à un détenu très dangereux !!!

Sur place, le détenu se rend aux toilettes et commença à détruire la robinetterie. À ce moment précis, les agents ont très vite compris que l’intervention était nécessaire. Malgré les menottes au poignet, celui-ci se rebelle violemment en tentant de donner des coups de têtes au personnel. Tout prés de l’intervention, alertés par les bruits, deux policiers affectés à la garde statique d’un autre détenu viennent en aide aux collègues qui font face à un détenu incontrôlable.

La maîtrise du détenu fut rude et non sans conséquence. Un surveillant a malheureusement été victime d’un coup au visage ainsi que de coups de genou aux côtes. Une fois maîtrisé, le médecin prodigue une piqûre au détenu avant de le transférer en HO. Face à ce déferlement de violence et malgré le manque de moyens, nos collègues ont fait preuve de courage et de professionnalisme.

Cette extraction est tout simplement un scandale et une mise en danger du personnel !

Comment peut-on extraire ce détenu au profil psychiatrique lourd avec de simple menotte et entrave ? Comment peut-on extraire ce détenu dans un état physique sans urgence vitale le week-end ?

Bien plus grave et qui démontre une nouvelle fois le mépris de notre administration à l’égard du personnel. Après une telle intervention, comment peut-on laisser jusqu’à 20h00 l’équipage blessé et épuisé physiquement à l’hôpital sans relève ?

Force Ouvrière Val de Reuil félicite les deux surveillants et le premier surveillant pour leur courage, professionnalisme et sang froid au cours de cette intervention dans un milieu inadapté.

Force Ouvrière Val de Reuil souhaite un prompt rétablissement au surveillant blessé lors de cette intervention.

Force Ouvrière Val de Reuil remercie les deux gardiens de la paix venus en aide à nos collègues.

Force Ouvrière Val de Reuil exige des réponses rapides aux questions ci-dessus. Monsieur le Directeur, les surveillants ne sont pas de la chair à canon, envoyer du personnel en extraction dans ces conditions est tout simplement de l’INCOMPÉTENCE !!!

Lire le communiqué


SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr