Prison de Reims : Nouvelle AGRESSION à la maison d'arrêt !


Hier matin, alors qu'il était en attente dans le sas menant à l’infirmerie, un détenu particulièrement excité s'est permis d'insulter et de menacer à plusieurs reprises le collègue en poste car il commençait à trouver le temps long.

Bien que plusieurs autres détenus présents dans le sas aient tenté de le calmer et de l'écarter afin qu'il n'approche pas de notre collègue, l'énergumène a finalement réussi à se frayer un passage, et est revenu provoquer une eniere fois le surveillant en vociférant et gesticulant de manière vindicative.

Sentant un potentiel risque d'agression, le collègue à passé le bras a travers la grille afin de faire reculer le détenu et de le maintenir à une distance de sécurité. C'est alors que ce dernier lui a assené un coup de poing au visage.

Après l'arrivée des renforts, l'agresseur a logiquement été placé en prévention.

Cependant, après visionnage de l'incident ( qui a été capté par les cameras ), la Direction de l'établissement a décidé de sortir le détenu du Quartier Disciplinaire, et pire encore, de mettre une demande d'explication à l'agent agressé !

C'EST LE MONDE A L'ENVERS !

Que reproche t'on au collègue ? D'avoir repousser un détenu qui s’avançait vers lui de manière agressive, en l'insultant et le menaçant de mort ? Le geste est tout à fait réglementaire, et il rentre dans le cadre de la légitime défense ! Et la menace était bien réelle, puisque le collègue, bien que posté derrière la grille, a pris un coup de poing au visage !

Les agents de la MA de Reims ne sont pas des punching-ball juste bons à encaisser les coups et la frustration des détenus. Leur principale mission et de faire respecter la discipline et l'autorité au sein de la détention. Mais pour cela, ils ont besoin d’être soutenu par leur hiérarchie, et plus particulièrement en cas d'agression physique et/ou verbale !

Le mal est fait et aujourd'hui, c'est le collègue agressé, qui est la seule victime des faits, qui se retrouve sur le banc des accusés. Cela n'est pas acceptable.

Cependant, rien n'est figé et les erreurs d'appréciations arrivent à tout le monde. C'est pourquoi le Bureau Local FORCE OUVRIERE demande à la Direction de :

– soutenir comme il se doit le collègue agressé

– prononcer une sanction disciplinaire ferme à l'encontre de l'agresseur, à la hauteur de la gravité des faits commis et organiser rapidement son transfert vers un autre établissement pénitentiaire

Si l'erreur est humaine, l’entêtement pourrait vite devenir source de conflit.

Lire le communiqué


SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr