Prison de Baie-Mahault : Lettre ouverte à Madame la Garde des Sceaux


Le Centre Pénitentiaire de Baie Mahault a ouvert ses portes en 1996 pour accueillir 502 détenus. Aujourd’hui, ce seuil est largement dépassé car nous comptons actuellement 730 détenus à l’effectif de notre prison.

Cette surpopulation pénale endémique vient aggraver les conditions de travail, pourtant déjà difficile, de l’ensemble des fonctionnaires pénitentiaires travaillant dans notre établissement.

De nos jours, le métier de surveillant, et particulièrement ici en Guadeloupe, est devenu extrêmement dangereux et difficile. Les agressions physiques de plus en plus violentes à l’encontre de vos agents, parfois même à l’aide d’armes ou d’armes par destination se multiplient.

Enumérer ici l’ensemble des actes de violence commis envers les personnels de surveillance nous prendrait bien trop de temps, tant malheureusement ils sont nombreux.

Mais, faut-il simplement vous rappeler la terrible agression dont a été victime notre collègue Manuel lâchement ébouillanté par la projection d’huile ? Ou encore un collègue tabassé au niveau de l’accès promenades, un autre mordu à sang en janvier… ?

La Direction de l’Administration Pénitentiaire à travers la Mission des Services Pénitentiaires de l’Outre-Mer vous a-t-elle un jour transmis la réalité de ce que subissent les personnels de surveillance de notre établissement ?

Madame la ministre,

Nous savons que le métier de surveillant Pénitentiaire génère des contraintes et des difficultés majeures et que le risque d’être agressé est malheureusement une réalité.

Une réalité, un risque, oui mais cela ne doit jamais devenir la normalité de notre quotidien.

La population pénale du Centre Pénitentiaire est jeune, inoccupée et passe à l’acte facilement. Cette violence exercée sur vos fonctionnaires, les contraintes liées à notre métier avec par exemple nos cycles de travail difficiles pour l’organisme mais également pour le maintien d’une vie sociale et familiale participent considérablement à diminuer l’attractivité de notre profession.

Aujourd’hui, Madame la ministre même nos jeunes guadeloupéen(e)s sont de moins en moins nombreux·ses à vouloir embrasser une carrière de surveillant(e) pénitentiaire. Et pourtant, depuis de nombreuses années la Guadeloupe est un bassin de recrutement important.

Pour FO Pénitentiaire, l’attractivité de notre profession passera obligatoirement par des mesures indemnitaires, statutaires, sécuritaires mais également sociales à la hauteur des enjeux.

FO Pénitentiaire souhaite que la politique sociale menée par notre Ministère pour l’ensemble de ses agents deviennent une réalité. Même si nous prenons acte de l’évolution sur les CESU (CESU HA et CESU Périscolaires) obtenus par les militants du CNAS Force ouvrière avec la mise en place d’un abattement de 20% sur le Revenu Fiscal de Référence (RFR), il reste encore beaucoup à faire (politiques de logements, restauration, petite enfance et loisirs…).

En matière sociale vos fonctionnaires de Guadeloupe doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits que nos collègues de Métropole !!! Contrairement à certaines pensées véhiculées actuellement, même au plus haut sommet de l’Etat, non madame la Ministre, être fonctionnaire et notamment Surveillant pénitentiaire à Baie Mahault n’est pas être un privilégié. La remise en cause de notre « surémunération » est inacceptable.

Afin de privilégier le bon fonctionnement de la détention, les revendications de FO Pénitentiaire, portent globalement sur la sécurité, le manque de personnel et de structures adaptées.

Par conséquent nos revendications sont les suivantes :

- Renfort en personnel, car l’organigramme n’est plus conforme à la réalité du Centre Pénitentiaire.

- Création d’un Quartier Arrivant labellisé, pour une meilleure gestion dans la prise en charge de la personne détenue dès son arrivée en détention.

- Agrandissement du greffe qui manque cruellement de place.

- Sécurisation des abords de l’établissement afin de limiter au maximum les nombreuses projections (armes, téléphones, alcool, stupéfiants…) qui favorisent le caïda.

- Mise en place d’un véritable chemin de rondes extérieur favorisant l’intervention rapide des forces de sécurité.

- Installation d’une volière afin d’éviter les projections de l’extérieur.

- La mise en place d’une véritable politique pénale et pénitentiaire favorisant la baisse du nombre de détenus écroués au CP de Baie Mahault. Force Ouvrière réitère sa volonté de voir la création d’un nouvel établissement sur notre département.

- Notre établissement doit faire face à une particularité reconnue en matière de gestion de groupes de détenus appartenant à des GANG (section Kriminel – chien la ri).

- Transfert plus rapide des détenus influant et de certaines longues peines qui pourrissent la détention.

- Une sécurisation de l’accès au CHU pour améliorer la sécurité des extractions médicales. Force Ouvrière exige que cette revendication soit prise en compte lors de la création du nouveau CHU !!

- FO Pénitentiaire exige que les dispositifs de sécurisation des établissements pénitentiaires métropolitains soient également mis en œuvre sur nos établissements guadeloupéens (brouilleurs-brigade cynotechnique…). L’Outre-Mer et donc la Guadeloupe doit bénéficier de la continuité territoriale car oui la Guadeloupe c’est la France.

FO Pénitentiaire syndicat soucieux de l’amélioration des conditions de travail du personnel du CP de Baie-Mahault attend des engagements forts et précis de votre part.

Madame la ministre, lors de la mise en place des groupes de travail faisant suite au mouvement social, post attentat de Condé sur Sarthe, nous espérons que la Guadeloupe ne sera pas oubliée. Il s’avère urgent et indispensable d’aller vers une politique pénitentiaire adaptée, afin d’extirper l’insécurité et la violence qui règne dans notre détention .

Veuillez agréer, Madame la ministre, l’expression de ma haute considération.

Pour le Bureau Local

Force Ouvrière

Le Secrétaire local, Joel Gavaly

Lire le communiqué

#BaieMahault

0 vue

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr