Comité Technique de l'Administration Pénitentiaire du 11 juillet 2018


Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire,

Votre présence à ce CTAP est pour le moins surprenante et regrettable.

En effet, après l'humiliation que vous avez fait vivre à tous les Personnels de l’Administration Pénitentiaire, tous corps et grades confondus, suite à l'évasion du Centre Pénitentiaire de Réau, FORCE OUVRIÈRE espérait que vous auriez eu le courage de démissionner de vos fonctions. Nous espérons donc malgré tout que ce CTAP soit votre dernier !

Ah, si seulement en janvier dernier vous aviez écouté les revendications de FORCE OUVRIÈRE en matière de sécurité, nous n'en serions certainement pas là aujourd'hui. Oui, la classification des établissements doit être une priorité. Nous devons affecter les détenus en fonction de leur profil de dangerosité et non plus de leur situation pénale ou familiale.

Les quartiers étanches que vous voulez créer ne seront simplement que de l'argent jeté par les fenêtres. Ils n'apporteront rien, pas plus que les QER actuels initiés par vos prédécesseurs. Nous allons évaluer des détenus, prévenus ou condamnés, pour acte de terrorisme afin de savoir s'ils sont ou non radicalisés... De qui se moque-t-on ?

Nous vous ferons grâce du couplet sur les chaussures et les gilets pare-balle, les personnels ont déjà leur point de vue. Six mois se sont écoulés depuis le mouvement de ras-le-bol des collègues et malheureusement rien n'a changé en matière de sécurité.

Vous auriez dû écouter les revendications du terrain portées par FORCE OUVRIÈRE afin d'entamer un grand chantier pénitentiaire pour enfin repenser le métier de surveillant et l’adapter à la population pénale d'aujourd'hui.

VOUS ÊTES DONC COUPABLE DE LA SITUATION DANS LAQUELLE NOUS NOUS TROUVONS AUJOURD'HUI ET CEUX QUI ONT SIGNÉ CE RELEVÉ DE CONCLUSION LE SONT TOUT AUTANT QUE VOUS !

Tout le monde sait aujourd'hui que la partie indemnitaire qui se trouve dans ce relevé de conclusions n'existe que parce que FORCE OUVRIÈRE a fait front face à l'UFAP-Unsa Justice qui ne voulait pas en entendre parler, préférant discuter de sécurité dans une vision restrictive. Face à la gronde, le syndicat-maison et vous-même, en parfait collaborateurs, n'avez eu d'autres choix que d'inclure, à minima, de l'indemnitaire dans ce relevé, tout en refusant de discuter statutaire.

Cerise sur le gâteau, vous avez décidé d'exclure FORCE OUVRIÈRE des négociations concernant la prime de fidélisation. Doit-on vous rappeler, Monsieur le Directeur, que ce point avait déjà fait l'objet d'un relevé de conclusion en 2015 que notre Organisation a pourtant signé ? Doit-on vous rappeler aussi que FO a été la seule Organisation a présenter un projet pour le versement d’une prime de fidélisation pour TOUS, sans distinction de grades, interdisant ainsi de favoriser un dispositif qui va encore diviser et opposer les Collègues ! Doit-on vous rappeler encore que dans le PLF 2018 était déjà inscrit un montant de plus de 2 millions d'euros pour cette prime et que le mouvement de janvier n'a fait qu'augmenter ce montant grâce à la partie indemnitaire que seul FORCE OUVRIÈRE a revendiqué. Nous exclure de ces négociations est tout simplement inacceptable et l'on vous reconnait bien là, dans une énième manœuvre pour essayer de sauver le syndicat cogestionnaire avant les élections.

Monsieur le Directeur, la force de notre Organisation syndicale est notre Liberté, notre Indépendance. Oui, Monsieur le Directeur, FORCE OUVRIÈRE ne vous doit rien et vous n'avez donc aucune main mise sur nous.

FORCE OUVRIÈRE exige votre départ et que de nouvelles négociations s'ouvrent avec votre successeur en matière de sécurité, de salaire et de statut.

Les Représentants CTAP FORCE OUVRIÈRE

Le 11 juillet 2018

Lire le communiqué

#CTAP #DAP

639 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr