Droit de Réponse : " C'est vraiment trop injuste ..."


Messieurs les Nationaux, Secrétaires Interrégionaux et Permanents UFAP-Unsa Justice,

Vous n'avez donc retenu aucune leçon du mouvement social du mois de Janvier 2018, ni tiré aucun enseignement de cette mobilisation…

LES PERSONNELS NE SONT PAS DES MOUTONS !

Vous déversez depuis mercredi dernier des communiqués remplis de haine et d’insultes envers mon organisation syndicale et ma personne, car votre Secrétaire Général, lors de ces visites, serait mal accueilli par les personnels.

Posez-vous les bonnes questions plutôt que d'imaginer que les personnels sont des moutons que je manipule. Après que vous les ayez trahis, aujourd'hui vous les insultez à nouveau, par votre communication nauséabonde ! Ne vous ont-ils pas démontré au mois de Janvier qu'ils étaient libres de choisir, libre d'agir, et libre de décider ?

Mon organisation et moi-même ne sommes pour rien dans l'accueil qu'ils vous réservent lors de vos visites. J'ai bien d'autres choses à gérer et à traiter. Au risque de vous décevoir, vous êtes le dernier de mes soucis et de mes préoccupations.

Concernant votre déplacement à Saint-Martin-de-Ré, à ma connaissance, aucune dégradation n’a été faite ! Vous avez déposé plainte pour de la farine, des oeufs et du lichen : la justice fera son travail. Si je ne cautionne pas ce type d'agissement toutefois je ne peux le condamner tant l’établissement subit depuis bien trop longtemps une situation anxiogène. Suicide, tentative de suicide, révocation (sur laquelle votre syndicat ne s’est pas opposé !), procédure pénale en cours, mais là aussi la justice fera son travail et j'espère fera éclater la vérité à Saint-Martin-de-Ré.

Vous essayez la victimisation, tel « Calimero » et son « c'est vraiment trop injuste », cela ne donne aucun crédit à votre Secrétaire Général auprès des personnels, surtout quand on sait le peu de temps que ce donneur de leçons a passé sur une coursive… Visiblement pas suffisamment pour l’endurcir et le confronter à la violence du monde carcéral.

Donc, faire sa pleureuse pour de la farine pendant que les collègues sur la coursive prennent des coups de couteau, je n'ai pas de temps à perdre avec de telles conneries.

Chers collègues je vous demande donc d’essayer d'être « gentil » avec le petit « Calimero » quand il viendra en visite sur vos établissements ou de l'ignorer. Mais comme je le dis un peu plus haut, vous savez ce que vous avez à faire, car vous êtes à l’image de notre Organisation… libres et indépendants...

Pour conclure, j’espère que dans l’intérêt des personnels et pour l’image de notre profession, la campagne des élections professionnelles prenne de la hauteur et ne reste pas au niveau du caniveau, les personnels méritent beaucoup mieux !

Lire le communiqué

#mouvement

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr