Déclaration Liminaire : Conseil d'administration de l'ENAP


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil d’Administration, Ce mardi 13 mars 2018 se tient le premier Conseil d’Administration de l’ÉNAP pour l’année 2018. Il fait suite à une mobilisation légitime, historique et sans précèdent des personnels de surveillance.

Ces personnels ont été confrontés à de véritables tentatives d’assassinat de la part d’une frange de la population pénale qu’il faut urgemment isoler, au risque qu’une prochaine fois, un agent (de tout corps), y laisse la vie.

Nous ne reviendrons pas sur l’issue de ce mouvement avec la signature, pour une misère, d’un relevé de conclusions par un syndicat pieds et poings liés face à une administration inhumaine, et ce, au grand dam des personnels de surveillance.

D’ailleurs, cette inhumanité est également ressentie fortement par les autres personnels de notre institution : personnels d’insertion et de probation, personnels administratifs, personnels techniques, contractuels, psychologues…

Nous ne pouvons également laisser sous silence, le sort réservé aux personnels de surveillance qui se voient lourdement sanctionnés, et dont le seul tort était de revendiquer des mesures afin de ne pas mourir au travail. Tout comme les stagiaires de la 191ème promotion qui se verront eux, prolonger de 3 à 6 mois.

Pas surprenant alors, de voir partir toutes nos jeunes recrues vers d'autres administrations ou purement et simplement démissionner

Pourtant, notre profession a du mal à recruter et c’est dans ce contexte que FO Pénitentiaire revendiquait une revalorisation statutaire et indemnitaire au même titre que la police, et ce, afin de mettre en œuvre les indispensables mesures sécuritaires. Mais sans personnel, comment faisons-nous ?

Notre rôle de 3ème force de sécurité publique doit enfin être reconnu à sa juste valeur, et non pas rester au stade de paroles.

Il en va de même pour la formation des personnels pénitentiaires, dont nous avons le sentiment qu’elle ne sert que de variables d’ajustement, à des orientations politiques qui ne cessent de diverger, selon les gouvernements qui se succèdent depuis des lustres à la tête de notre pays.

Nous regrettons fortement d’ailleurs que l’ordre du jour de ce CA fasse la part belle à tout, sauf à la formation. Comment un éventuel passage de la formation des élèves surveillants à 6 mois n’est pas évoqué ? Comment le recrutement de 1500 CPIP supplémentaires, et les inévitables ajustements pédagogiques, ne soit même pas précisés en termes d’information ?

Depuis 2004, FORCE OUVRIÈRE réclamait l’extension de l’ÉNAP !

Or, aujourd’hui, on annonce une livraison de cette extension fin 2022… ?!

18 ans de perdus !!!

Nous avons encore le sentiment que, faute d’avoir entendu FO Pénitentiaire, et afin de faire entrer 1.5 litre dans une bouteille d’1 litre, on nous propose de réduire la formation des élèves surveillants de 8 à 6 mois. Cela est tout à fait intolérable pour notre Organisation, alors que dans le même temps, la DAP demande à ce que de nouveaux contenus pédagogiques soient intégrés : renseignement, radicalisation, missions PREJ…

D’ailleurs nous pensons savoir que cette idée de réduire la formation est dans les « tuyaux » depuis septembre 2017, sans que nous ayons été mis au courant. Manifestement, nous n’avons pas du tout la même notion du dialogue SOCIAL et du paritarisme.

FO Pénitentiaire profite donc de ce CA, pour remettre la formation au cœur des discussions, et pour poser de nombreuses questions, ne serait-ce que par respect pour les élèves et pour les personnels de l’ÉNAP qui, pour ces derniers, sont dans une incertitude totale sur le futur de leur travail :

► Où en est le projet d’arrêté de formation ?

► Change-t-on uniquement la durée ?

► Change-t-on l’ingénierie de formation ?

► Va-t-on enfin dupliquer le même découpage de formation ?

► Révise-t-on les contenus de formation (notamment pour supprimer les séquences très théoriques) ?

► Est-ce Me4 ou l’école qui est compétente pour construire la formation ?

► Quand ouvre-t-on le dialogue social au niveau national ?

► À quelle date s’appliquera cette réforme ?

► Pourquoi la date d’entrée de la 197ème promotion n’est-elle toujours pas officielle ?

► Une rumeur annonce une rentrée au 23 juillet alors que l’école annonce le 17 septembre. L’administration centrale veut-elle supprimer la fermeture pédagogique ? Pourtant celle-ci permet aux personnels (ÉNAP et restaurant) de prendre des congés et à l’école de prévoir toute la maintenance des locaux pédagogiques et des hébergements.

► Comment peut-on faire une telle réforme sans se laisser le temps ? La précipitation se traduira encore une fois par de nouvelles erreurs.

Vous comprendrez aisément, Monsieur le Président, que le quotidien des personnels de l’ÉNAP est loin d’être aussi idyllique que l’on peut penser.

La formation est un métier : ingénierie de formation, face à face pédagogique, recherche d’intervenants extérieurs, prise en charge administrative et accueil des élèves…

A minima, nous vous demandons que les vrais acteurs de la formation soient consultés : formateurs des personnels, responsables de formation, chargés de formation, tuteurs… avant d’entreprendre tout changement impactant des métiers qui ont besoin de stabilité.

Lire le communiqué.

#ENAP

483 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr