Toute la vérité rien que la vérité


L’UISP FO PACA-Corse tient à répondre à la lettre de l’UR UFAP UNSa Justice PACA-Corse du 30 janvier. Ces gens-là osent parlent de honte... mais c’est bien sur eux que retombe cette honte. C’est bien l’UFAP qui à signé unilatéralement un relevé de conclusions, identique à celui qui avait déjà été refusé massivement par les agents, la seule différence étant le volet indemnitaire qui y a été intégré.

Ils veulent nous faire croire qu’ils ont initié ce mouvement ? Mais c'est faux ! Ce mouvement a été lancé par les agents eux mêmes, syndiqués et non syndiqués, qui ont trouvé inacceptable cet attentat de Vendin-le-Viel. Les syndicats n’ont fait que tenir leur rôle : porter les légitimes revendications des personnels, et si Force Ouvrière ne faisait pas partie de l’intersyndicale, c’est uniquement parce-que les revendications qu’elle portait ne convenait pas à Monsieur FORGET, notamment les volets indemnitaires et statutaires.

Ce monsieur, aveuglé par ses œillères, ne voulait parler que de sécurité, et lorsque l'on voit ce qu'il a signé on constate que sa vision de la sécurité est bien limitée : des gilets pare-balles, des chaussures magnum, des audits, des études, des discussions, du blabla, des belles déclarations d'intention... mais RIEN de véritablement concret.

Force Ouvrière l'affirme : la sécurité ne peut passer que par des recrutements massifs, pour enfin couvrir les postes, toujours plus nombreux, laissés vacants dans nos détentions. Et ce ne sont pas les 1100 emplois promis sur 4 ans qui régleront le problème. Quand-bien même notre Ministre nous en promettrait 10000, rien n'y changerait : notre administration ne parvient pas à recruter ! Il est grand temps de rendre notre profession plus attractive pour en finir avec ces concours de surveillants auxquels moins de 30% des candidats se présentent, et qui n’arrivent à pourvoir que la moitié des postes ouverts... à peine.

Cela Force Ouvrière l'a bien compris dès le début, comme elle a compris que la lutte serait difficile.

Poussée par la base l’UFAP a bien été forcée de refuser le premier relevé de conclusion et d'intégrer dans ses revendications la partie indemnitaire... se ralliant du coup derrière Force Ouvrière. Et si la CGT a quitté son intersyndicale c’est que, eux, ont compris quelles étaient les attentes des agents du terrain et ont donc rejoint les positions tenues depuis le début par Force Ouvrière.

Et maintenant ils disent «avoir honte d’avoir utilisé ces tentatives d’assassinats pour gratter du pognon». Ils affirment que ce n’est pas la catégorie B qui empêchera les personnels de prendre des coups de lames. C’est vrai, et ce ne sont pas non plus les quelques miettes indemnitaires qu’ils ont accepté qui feront diminuer la violence. Mais le raccourci est un peu simpliste. L'obtention de la catégorie B et la parité-Police revendiquées sans relâche par Force Ouvrière se traduiraient par une augmentation nette mensuelle de 267,39€ au 1er échelon du grade de surveillant ou de 312,22€ au 7ème échelon du gade de brigadier. Voilà la solution pour espérer attirer et conserver les agents qui nous manquent déjà et qui vont encore plus nous manquer avec la prochaine vague de départ en retraite. Et, de fait, voilà comment réinstaurer la sécurité dans nos détentions.

Mais au delà de l'aspect financier, n'en déplaise, l'obtention de la catégorie B serait une véritable reconnaissance du métier de Surveillant, le revalorisation légitime de notre statut. Certains semblent avoir oublié que le métier de Surveillant a considérablement évolué depuis des décennies, que nos missions se sont complexifiées et multipliées, que nos responsabilités ont été accrues, qu'on nous demande toujours plus sur le plan qualitatif... alors que le statut, lui, n'a jamais évolué.

Sérieusement... l'UFAP pense-t-elle réellement que des gilets pare-balle et des chaussure magnum vont protéger les collègues des coups de lame ? Arrêtons la démagogie !!!

Ils pensent que les 400 € bruts de plus d’ICP, le passage de l’ISS à 28 % sur 4ans et les 36 € pour les DJF sont une avancée significative, et que nous aurions du les accepter avec le sourire.

12 jours de luttes, des personnels gazés, matraqués, déposant les clés, s'exposant aux sanctions... pour ça ?

Ils n’ont toujours pas compris que notre sécurité passe par une profonde réforme du métier de surveillant et pour cela, oui, aborder les volets indemnitaires et statutaires est indispensable.

Voilà la vérité : s’ils n’ont pas voulu de cette réforme c’est uniquement pour protéger le plan de requalification du corps de commandement, qu'ils ont concocté en catimini, pour ne pas dire en cogestion voir en complicité, avec la DAP. Oui, ils ont sacrifié plus de 27 000 surveillants pour pouvoir mettre en place le passage d’une partie des officiers en catégorie A (selon les postes occupés) faire monter une partie des 1er surveillants et majors en catégorie B afin de remplacer les officiers partis en catégorie A... le tout, il est important de le rappeler, suite à l'obtention de la catégorie A+ par les Directeurs.

Nous aurions ainsi deux catégories pour les officiers, ainsi que pour les gradés. Belle réforme qui, en effet, coûtera moins cher à notre Ministère que le passage en catégorie B du Corps d'Encadrement et d'Application. Ils génère là une belle usine à gaz, donnant la vague l’impression qu'ils font quelque chose pour une partie du corps de commandement ainsi que pour une partie des gradés, mais avec en réalité un projet bancal, inéquitable et injuste... et surtout 27000 surveillants laissés sur le carreau.

Non, les revendications portées par Force Ouvrière n’étaient pas irréalistes et auraient pu être obtenues. Si l’UFAP n'avait pas signé ce torchon, notre Ministère, aux abois face à une situation devenue incontrôlable, aurait fini par céder. Les parlementaires et Matignon avaient déjà commencé à estimer le montant de la réforme que nous revendiquions (80 à 85 millions d’euros).

Est-ce trop ? Alors que depuis tant d'années nos conditions de travail se détériorent alors, que notre pouvoir d’achat fond comme neige au soleil... alors que nous n'obtenons jamais la moindre reconnaissance, la moindre revalorisation... si ce n'est du saupoudrage ???

Faut-il rappeler qu'aujourd’hui nos jeunes agents arrivent sur des coursives surencombrées et ne perçoivent même pas le SMIC lorsqu’ils sont à l’ENAP ?

Ils peuvent bien essayer de se justifier, la seule organisation syndicale à avoir trahi les personnels et ce magnifique mouvement historique c’est bien l’UFAP et eux seuls. Ils peuvent bien déclarer avec leur légendaire mégalomanie que tous les autres ont tort et qu'eux seuls détiennent la vérité... les personnels ne sont pas dupes. Qu’ils assument leur traîtrise et arrêtent de vouloir faire payer aux autres syndicats leurs propres erreurs.

ILS ONT CASSÉ UN MOUVEMENT HISTORIQUE

QUI AURAIT PU DÉBOUCHER SUR UNE PROFONDE RÉFORME

DU MÉTIER DE SURVEILLANT

AVEC DE RÉELLES AVANCÉES POUR NOTRE PROFESSION.

MAIS ILS ONT PRÉFÉRÉ ACCEPTER

UN SAUPOUDRAGE INDEMNITAIRE,

DES MESURES DÉJÀ VALIDÉES DANS LE BUDGET 2018

ET L’OUVERTURE D’AUDITS, DE DISCUSSIONS ETC..

QU’ILS ASSUMENT !!!

POUR FORCE OUVRIÈRE

LA RÉFORME STATUTAIRE

EST ET RESTERA NOTRE COMBAT !

Lire le communiqué

#mobilisation #UISPFOPacaCorse

340 vues